Balzac et la Petite Tailleuse chinoise, de Dai Sijie

Publié le par Minyu

Quatrième de couverture :

Nous nous approchâmes de la valise. Elle était ficelée par une grosse corde de paille tressée, nouée en croix. Nous la débarrassâmes de ses liens, et l'ouvrîmes silencieusement. À l'intérieur, des piles de livres s'illuminèrent sous notre torche électrique; les grands écrivains occidentaux nous accueillirent à bras ouverts: à leur tête, se tenait notre vieil ami Balzac, avec cinq ou six romans, suivi de Victor Hugo, Stendhal, Dumas, Flaubert, Baudelaire, Romain Rolland, Rousseau, Tolstoï, Gogol, Dostoïevski, et quelques Anglais : Dickens, Kipling, Emily Brontë...

Quel éblouissement !

Il referma la valise et, posant une main dessus, comme un chrétien prêtant serment, il me déclara :

- Avec ces livres, je vais transformer la Petite Tailleuse. Elle ne sera plus jamais une simple montagnarde.

 

http://www.mollat.com/cache/Couvertures/9782070416806.jpg

 

Mon avis :

J'attendais beaucoup de ce roman. Les critiques qu'on m'en avait faites étaient toutes très élogieuses, aussi ai-je ressenti une pointe de déception en le refermant. Je crois que j'en attendais trop.

L'histoire m'a plu, mais sans plus. Elle est belle, il est vrai, et le fond de régime communiste en Chine est bien dessiné. Mais les personnages m'ont semblé flous, je ne me suis pas du tout sentie proche d'eux (pour ne pas dire qu'ils sont presque totalement inexistants), et certains passages m'ont paru vraiment tirés par les cheveux.

Le style m'a aussi laissée sur ma faim. On m'avait parlé d'une écriture poétique et extrêmement agréable à lire. Je l'ai trouvée commune, plate. Et certains termes m'ont dérangée. Bien qu'écrit directement en français, il m'a plus fait l'effet d'un livre traduit...

Bon, après, tout n'est pas mauvais. Ce roman m'a par exemple vraiment donné envie de relire La peau de chagrin (bien qu'il ne soit jamais cité) et quelques passages - rares - sont émouvants. L'ensemble du roman est relativement beau, surtout l'idée de base. D'où me vient alors cette indescriptible sensation d'inachevé ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article